Dunkerque 29

vdn 18012020« Ici, ça fait vraiment beaucoup de bruit ! » Agustín Acosta, ex-avocat de Florence Cassez au Mexique, est toujours très at­tentif aux développements de cette affaire vieille de quatorze ans, dans laquelle la jeune femme a purgé sept ans de prison avant d’être libérée, toutes accusations abandonnées. Son ancien compagnon, Israël Vallarta, est toujours emprisonné (ainsi que deux de ses frères), toujours pas jugé. Il continue de clamer son innocence.

Ce sont d’abord les récentes déclarations d’Olga Sanchez, ex-juge de la Cour suprême, qui ont pesé dans la libération de la jeune française, en 2013. Devenue ministre de l’intérieur, elle a affirmé : « La bande du Zodiaque, dont on a accusé Israël Vallarta et Florence Cassez d'être les leaders, n'a jamais existé. C'est une invention de la police. Il n’y a donc aucune raison pour que les éléments de procédure qui ont profité à Florence Cassez ne s'appliquent pas à Israël Vallarta. » Bref, la ministre plaide pour une libération de Vallarta et une reconnaissance de l’innocence des deux jeunes gens arrêtés en décembre 2005.

 

"La bande du Zodiaque n'a jamais existé. C’est une invention de la police"
LA MINISTRE OLGA SANCHEZ

Indéniablement, le rapport de force a changé depuis l’arrestation aux États-Unis de Genaro Garcia Luna, ex-ministre de l’intérieur qui avait été le grand ordonnateur de toute cette histoire. Il est poursuivi pour corruption, accusé d’avoir travaillé pour le redoutable cartel de Sinaloa. Mardi, lors d’une audience importante au Texas, il devrait dire s’il consent à collaborer avec la justice-autrement dit, s’il donne d’autres noms.

« CELA ME FAIT UN BIEN FOU ! » Cela aussi fait beaucoup de bruit à Mexico. De même que l’idée évoquée par Florence Cassez, depuis Dunkerque où elle habite désormais, de demander réparation à l’État mexicain, au cas où son innocence serait enfin reconnue. « Je reçois énormément de messages de soutien, en provenance du Mexique, dit-elle. Des gens me demandent pardon au nom de leur pays, d'autres m'envoient des encouragements, tout cela me fait un bien fou ! » De quoi trouver sans doute l’énergie d’entamer une procédure de reconnaissance. ■ É. D.

Article_VDN_18-01-2020_OCR_OCR.pdf